Pôle des Technologies Médicales

Le marché français

La conjonction d'une médecine de grande qualité, d'une offre hospitalière performante portées par une recherche scientifique d'excellence et une ingénierie industrielle mondialement reconnue font de la France l'une des nations les plus en pointe en technologies médicales.

Qu'est-ce qu'un dispositif médical ?

Définition selon la directive européenne 93/42/CEE :
«Appareil, équipement, logiciel destiné à être utilisé chez l'homme à des fins de diagnostic, de prévention, de contrôle, de traitement, d'atténuation d'une maladie ou d'une blessure.»

Classification des DMLa classification des dispositifs médicaux

Les dispositif médicaux sont regroupés en quatre catégories, en fonction de leur risque potentiel pour la santé :

  • Classe III (classe de risque la plus élevée), qui inclut par exemple les implants mammaires, les stents, les prothèses de hanche, etc.
  • Classe IIb (risque potentiel important), qui comprend notamment les préservatifs, les produits de désinfection des lentilles.
  • Classe IIa (risque potentiel mesuré), qui comprend par exemple les appareils d'échographie, les couronnes dentaires.
  • Classe I (classe de risque la plus faible), qui comprend par exemple les lunettes correctrices, les véhicules pour personnes handicapées, les béquilles, les bandages, etc.


La mise en service d'un dispositif médical (DM) doit être déclaré à l'ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé), à l'exception des dispositifs de classe I. Les dispositifs médicaux implantables actifs (DMIA) sont comptabilisés à part.

Les entreprises françaises

Environ 1'100 entreprises du dispositif médical sont recensées en France, représentant 65'000 emplois directs (étude PIPAME 2011 et SNITEM 2015). 47,9% d'entre elles ont moins de 10 employés et 94,2% en ont moins de 250.
Le chiffre d'affaires global toutes activités confondues était en 2011 en France de 21 milliards d'euros.